Documents clés

Un aperçu de l’itinérance mondiale et stratégies pour le changement systémique

Institut de l’itinérance mondiale (IGH en anglais)
Katherine Johnson, Mark McGreevy, Molly Seeley

 

L’itinérance est un problème qui peut être résolu grâce à la bonne combinaison de programmes d’intervention, de systèmes locaux bien coordonnés et d’une politique efficace. Nous savons qu’il est possible de mettre fin à l’itinérance car certaines villes y sont parvenues. D’autres ont vu des réductions significatives de l’itinérance chez certaines populations ciblées, comme les personnes ou les anciens combattants sans-abri chroniques.

 En termes généraux, les processus et les interventions nécessaires pour mettre fin à l’itinérance sont connus, mais il y a des adaptations nécessaires dans divers contextes culturels, politiques et géographiques. Certains défis, tels que ceux qui entourent l’exode rural, sont plus fréquents dans les contextes de développement ; d’autres, comme l’itinérance chez les anciens combattants, sont plus visibles en Amérique du Nord. Cependant, des modèles émergent dans tous les pays en ce qui concerne l’identité de ceux qui font l’expérience de l’itinérance et les obstacles pour y remédier. Ce sont des problèmes complexes qui requièrent des solutions communes adaptées aux contextes locaux.

 Ce document traite de la définition, la démographie, les thèmes majeurs, les solutions connues et les questions sans réponse de l’itinérance non protégée à l’échelle mondiale. Il explorera d’abord la nécessité d’un vocabulaire commun et proposera l’utilisation du Cadre mondial pour comprendre le sans-abrisme développé par l’IGH. Ce cadre jette les bases de données comparables pour comprendre la portée de l’itinérance dans un certain endroit. Le document exposera ensuite ce qui est déjà connu sur l’itinérance mondiale, y compris les causes profondes et les caractéristiques démographiques clés. De là, le document aborde les grands débats et des thèmes liés à l’itinérance mondiale, tels que la criminalisation et la question des droits et de la mise en application. Les dernières sections examinent des stratégies efficaces de changement systémique et identifient les disparités et les possibilités de succès durable.

Dans le cadre du présent document, le terme « sans-abri » sera utilisé pour désigner les familles et les personnes qui entrent dans les catégories 1A – 2C du cadre de l’IGH. Nous avons décidé de nous concentrer sur ce groupe parce que, dans tous les pays et continents, ces types d’« itinérance littérale » sont généralement plus répandus que d’autres catégories qui s’appliquent souvent à des zones spécifiques. En dépit d’être à la fin la plus extrême du spectre de la privation de logement, ces groupes sont souvent négligés dans les discussions au niveau mondial et local. Cependant, en réduisant la portée de cet article à ces catégories, nous ne voulons pas suggérer que les autres catégories ne peuvent pas ou ne devraient pas être considérées comme des cas de sans-abrisme dans les contextes locaux.

DATE DE PUBLICATION : 2017
EDITEUR (S) : Institut de l’itinérance mondiale (IGH en anglais)

Lire plus: Briefing IGH Global Homelessness (FR)

Déplacements forcés - Réfugiés et personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays

Le document d’information intitulé « Déplacements forcés – Réfugiés et personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays » fournit un aperçu des déplacements forcés, de leur impact et des approches actuelles pour trouver des solutions durables pour ceux qui n’ont pas d’autre choix que d’abandonner leur foyer. Il essaie d’illustrer la complexité de la question en abordant un large éventail d’aspects, y compris le paysage juridique ainsi que les causes et les coûts humains du déplacement. Cependant, en raison de la nature multidimensionnelle de la matière, ce document ne devrait être considéré que comme un point de départ pour d’autres réflexions et discussions plus approfondies.

Lire plus: Briefing Déplacement Forcé FHA (FR)

Les habitants des bidonvilles

Un bidonville est une forme de pauvreté urbaine dans une région en développement. L’ONU classe une maison comme un bidonville si le foyer manque l’un des éléments suivants : accès à une source d’eau potable, à des installations sanitaires, à une surface habitable suffisante, à la durabilité du logement et à la sécurité d’occupation (protection contre l’expulsion illégale). On estime à 881 millions le nombre d’habitants de taudis dans le monde.

Il y a trois causes primaires de la formation de bidonvilles : la croissance démographique, l’urbanisation rapide et la mauvaise planification. Les populations continuent d’augmenter dans le monde en développement et le logement urbain ne peut pas répondre à la demande. Dans les régions du sud, la migration rapide des zones rurales vers les zones urbaines met un stress intense sur la disponibilité des logements et les pays manquent souvent de prévoyance et de planification pour cela. La construction de logements a trop souvent été axée sur l’offre à la classe moyenne plutôt qu’aux pauvres et, par conséquent, les projets de logement se sont révélés inabordables pour la plus grande partie de la population urbaine. La construction de logements de masse est souvent préférée à l’amélioration des bidonvilles, car elle est moins chère et plus rapide à mettre en œuvre, mais cela oblige les habitants des bidonvilles à continuer à vivre dans des logements insalubres.

Le coût humain de la vie dans les bidonvilles est considérable. Les installations sanitaires insuffisantes et la mauvaise qualité de l’eau entraînent des maladies et des problèmes de santé. Le taux de criminalité et de violence tend à être plus élevé dans les bidonvilles et les habitants des taudis ont moins de possibilités d’accéder à l’éducation et à un emploi.

Les solutions ont mis l’accent sur l’amélioration des bidonvilles, mais McKinsey estime qu’il faudra environ 16 billions de dollars pour remplacer tous les logements insalubres. Certains affirment que la construction de logements est une approche plus efficace que l’amélioration des taudis. L’ampleur du déficit de logement exige plus que l’amélioration progressive des bidonvilles. En outre, le coût de l’amélioration des établissements informels est disproportionné et cela constitue une utilisation inefficace de terres de première qualité qui pourraient être utilisées pour construire des bâtiments de grande capacité capables de loger beaucoup plus de personnes.

Cependant, il y a toujours des raisons d’être optimiste. Depuis 2000, plus de 320 millions de personnes ont pu améliorer leur qualité de vie. De plus, les nouvelles technologies permettent de construire des maisons hors site, ce qui permet de construire des logements de bonne qualité plus rapidement et moins cher qu’avant. Avec la communauté internationale unie et engagée à mettre fin à l’habitat des taudis et à la fourniture universelle de logements sûrs et durables, les bidonvilles seront, espérons-le, confinés dans le passé.

Lire plus: Briefing Slum Dwellers FHA (FR)

Saint Vincent de Paul et les personnes sans-abri

L’attention aux personnes sans-abri constitue un axe majeur du travail caritatif de Saint Vincent. Dans son article « Accueillir l’étranger : Saint Vincent de Paul et les personnes sans-abri », le P. Robert Maloney explique comment son exemple a inspiré, 400 ans plus tard, la création d’un « méga-projet » de la Famille Vincentienne : la FHA.

« L’itinérance », dit le père Maloney, « figurait parmi les priorités de Vincent » et ses initiatives ont été fondamentales dans l’établissement des principes de la charité structurée et bien administrée que nous voyons aujourd’hui.

En fait, il a consacré du temps et des efforts à l’accueil des enfants trouvés. Utilisant l’argent donné par la reine d’Autriche, il a construit 13 petites maisons qu’il a louées aux Dames de la Charité pour héberger les enfants. L’argent régulier du loyer est devenu la dotation stable pour soutenir les missions à Sedan.

Il a également travaillé dur pour aider et trouver un logement à des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants déplacés par le conflit en Lorraine. Il a organisé des campagnes de levée de fonds pour obtenir des contributions lui permettant de les soulager. Il a dirigé les efforts pour abriter, vêtir et nourrir les gens vivant dans les rues de Paris, en coordonnant des programmes de secours massifs, y compris la soupe offerte deux fois par jour à des milliers de personnes à la fois. Il a organisé des collectes de nourriture, de vêtements, d’ustensiles et plus encore. Saint Vincent a fondé un hospice appelé « Le Nom de Jésus », achetant une maison et se procurant le revenu annuel substantiel requis pour faire fonctionner le refuge.

Vincent a également organisé des programmes éducatifs pour que les enseignants apprennent à catéchiser ceux qui vivent dans des circonstances désespérées. Pour lui, l’éducation et la formation professionnelle étaient extrêmement importantes pour transformer la vie des sans-abris et des pauvres. Les valeurs qui sous-tendaient son travail étaient également centrales : Saint Vincent exigeait diligence et responsabilité de la part de ceux qui servaient les pauvres sous sa surveillance.

Le P. Maloney soutient que l’accent mis sur la collaboration et le changement systémique sont essentiels pour un projet efficace et fructueux et articule comment cela peut être réalisé, en particulier en écoutant et en impliquant activement nos frères et sœurs sans-abri.

Lire plus: St Vincent et les personnes sans-abri_FR

Initiative Globale de la Famille Vincentienne avec les personnes sans-abri
Initiative Globale de la Famille Vincentienne avec les personnes sans-abri - PLAN DU PROJET (Résumé)